Le Barreau de Lyon s'en mêle

Publié le par Julien Defillon


Il semblerait que d’autres professionnels soient sensibles à ce bien mémoriel que représentent les deux prisons. En effet, dans un communiqué de presse, le Barreau de Lyon s’est étonné de cette décision de démolir les prisons qui sont jugées comme étant un élément important du patrimoine.

Voici donc une preuve qu’il n’y a pas que ceux que l’on qualifie parfois de manière peu révérencieuse de « patrimonieux » qui s’émeuvent du risque de disparition de ces prisons. Une fois encore, cela montre le véritable symbole qu’elles représentent, le sens urbain qu’elles ont dans la ville et dans l’histoire lyonnaise.

Nous constatons donc que ceux travaillant dans le domaine de la Justice peuvent aussi souhaiter conserver cette mémoire et cette architecture.  Nous nous étonnons à notre tour que ce communiqué n’ait pas eu plus d’écho dans la presse, ne serait-ce que localement.

 

 

Le communiqué de presse :


« Devenir des prisons de Perrache : communiqué de presse

Les avocats au Barreau de Lyon réagissent au projet de démolition des prisons saint Joseph et saint Paul.

 

Le Barreau de LYON a appris que le Ministère de la Justice avait déposé une demande de démolition des prisons Saint Joseph et St Paul. Ces prisons sont un élément important de notre patrimoine architectural et de l’histoire de notre ville.

La prison Saint Joseph fut mise en service en 1830 et Pierre BALTARD en fut l’architecte, avant de concevoir le Palais de Justice de Saint Jean.

La prison Saint Paul dont la construction fut envisagée dès 1847 fut achevée en 1865. Avec sa tour centrale et ses six ailes en étoile, ainsi que son harmonie sobre et sévère, elle mérite d’être préservée.

Le Barreau de Lyon s’étonne de ce qu’une telle décision ait été prise par la Chancellerie de manière unilatérale. Il souhaite que cette décision soit remise en cause et qu’une concertation soit organisée sur le devenir de cet élément important de notre patrimoine.

A Lyon le 16 mars 2009 »

 

Cliquez ici pour voir l'article original


Commenter cet article